• La cérémonie des Buzzers d'Or 2016

    La cérémonie des Buzzers d’Or est déjà devenue un événement mondain.  Les journalistes de Turf Magazine, Paris Boum Boum et Rustica guettent fiévreusement toutes les sommités qpucistes qui foulent le tapis rouge de la salle « Pierre Arditti , Cali et Benjamin Biolay réunis » (La mairie de Paris a décidé de récompenser ses fidèles soutiens tant qu’elle le pouvait encore en renommant certaines salles), siège de cette 2ème édition. Julien Lepers, qui a un peu de temps libre et une petite retraite, s’était proposé comme maître de cérémonie à un prix d’ami (10 000€ quand même) mais les organisateurs ont préféré faire appel au parisien Michel Kupiec, beaucoup moins cher et qui fait le « Oui, oui, oui !!! » tout aussi bien.

    Les traditionnels prix (Bandard d’honneur, coup de cœur du jury, buzzers du meilleur tournoi, de la révélation et du meilleur joueur) sont complétés par 2 nouvelles rubriques : le prix Orange et le Relou du buzzer.

    Première sonnerie de trompette.

    Le Bandard d’honneur a cette année été attribué à un des plus grands champions QPUC dont les exploits télévisuels sont légendaires, même si  ça n’est pas l’objet de ce blog. Même si on le sent moins investi qu’avant, carrière politique oblige, il  détient encore pour un moment le mythique record de victoires en tournois (71 à ce jour !!!). J’ai donc l’honneur de remettre le Bandard d’honneur 2016 à Khorem. On se souvient du grand champion embrassant le sol du plateau télé après chaque triomphe, tel un pape débarquant en terre de mission. Depuis, il a largement perfectionné sa technique. Il est donc monté sur scène en faisant le poirier, puis a gratifié les spectateurs d’un triple salto arrière pour finir par une toupie de rappeur. Les vivats de la foule ont malheureusement réveillé en sursaut Jean-Paul Faudon. « Elle n’est pas encore là, Pauline Carton ? Parce que je vais être en retard pour le repas à la maison de retraite. Il y a de la purée. J’aime bien la purée. Y’a plus que ça que j’arrive à mâcher ». Puis, le vénérable ancien se rendormit aussitôt.

    Le Buzzer Coup de cœur du jury

    Depuis un bon moment j’avais décidé de rendre un hommage à Jean-Noël Hache qui m’avait accueilli, comme tant d’autres, avec sa gentillesse coutumière lors de ma 1ère séance à Paris (interrompue au bout d’1 à cause d’un d’esclandre d’une participante avinée). J’avais préparé un petit speech qui se voulait rigolo et j’espérais bien pouvoir le chambrer lors du prochain tournoi de Montpellier. Hélas, le sort en a décidé autrement et il est parti bien trop tôt, unanimement regretté.  Donc, le Buzzer Coup de Cœur du jury sera une pensée émue envers ce grand monsieur…

    Et maintenant place aux votes.

    Et grands remerciements aux votants. Quel succès ! Mon blog a pulvérisé ses records d’affluence et pour atteindre à nouveau de tels scores il faudrait que je publie les vieilles photos les plus compromettantes des after du club de Paris animés par Pascal Métayer. A ces mots l’ex-parisien blêmit. Non, tranquillise-toi Pascal. Tu as le droit d’aimer les vieilles dames et les chiens, c’est ton jardin secret, je le tairai, même si tu n’es pas obligé de leur mettre un doigt dans le derrière…

    Et on commence par le prix Orange du joueur le plus sympa.

    Une grosse injustice dans ce vote : le faible score du pourtant adorable Christian. Mano à mano tout amical entre Jean-Marie et Pascal. Et victoire du grenoblois.

    A ces mots, Christophe Allely s’est précipité vers l’estrade en serrant très fort contre son cœur ses peluches : Moulande, le pingouin obèse, Péju, le vieux singe déplumé, Momo, le morpion collant, et s’est emparé du micro pour débiter son speech. Je vous retransmets le verbatim de son allocution : « Smith, j’étais pas né, Clara Morgane ».  « Qu’est-ce-qu’il dit ? Il parle anglais ? J’ai rien compris », s’enquit Jean-Paul. Puis il se rendormit. Les organisateurs ont dû gentiment expliquer à Christophe qu’il n’était pas le seul nominé et, pire, qu’on pouvait même voter pour quelqu’un d’autre que lui. 2 révélations pour le parisien. Déçu, il  alla se rassoir en maugréant « M’en fous. Même pas né ! »

    Passons au prix du Relou du buzzer.

    A ces mots José se mit à se contorsionner encore plus fort dans son fauteuil. Son voisin lui demanda pourquoi il se mettait dans cet état. « Je sais pas mais il faut que je me contorsionne ».

    Et mano à mano beaucoup moins amical, catégorie oblige, entre José et Mister Georges.

    Avec une victoire bien méritée de Mister Georges !

    A l’énoncé du gagnant Christophe se précipita vers l’estrade, « Smith, j’étais pas né, Clara Morgane », etc. Nouvelle explication des règles, puis 2 vigiles le raccompagnent à sa place et le ligotent à son fauteuil.

    Malheureusement le prix n’a pas pu être remis, le lauréat étant déjà parti depuis une heure en râlant qu’il allait rater son train.

    A noter que je mène une enquête pour découvrir les enfoirés qui ont voté pour moi…

    Le prix du meilleur tournoi

    Et grosse sensation. Urou-et-Crennes, le tenant du titre, est balayé ! Gros remous dans le club. Le président a du faire son autocritique en public, à la chinoise. On parle de sanctions exemplaires, du style devoir coller les affiches électorales de Fillon ou copier 500 fois « Filoche est un âne qui ne dit que des conneries ». Espérons qu’on n’en arrive pas à ces extrémités.

    Et le grand vainqueur est Grenoble malgré une belle résistance de Rennes. Victoire méritée venant récompenser un record de participation, une organisation sans faille et des innovations appréciées.

    Satisfaction : tous les tournois ont eu des voix.

    A l’énoncé du palmarès Jean-Paul interrogea : « Vienne n’a pas gagné ? ». Une larme coula le long de sa joue, il leva les yeux au ciel et murmura « Pardon Pauline ». Et il se rendormit. De bien beaux moments d’émotion qui sont une bien belle récompense pour les organisateurs.

    Le prix de la révélation de l’année.

    Là,  pas beaucoup de suspens. Le grand favori, Nicolas, a triomphé. Beau score de Patricia. Et gros scandale d’Erwan qui ne comprenait pas que quelqu’un puisse le devancer. Dans une longue déclaration de 15 pages (dont 3 pour son nom complet et ses titres de noblesse) il annonça qu’il se retirait immédiatement des tournois QPUC. On lui rappela que c’était déjà le cas depuis 3 mois. Il annonça donc qu’il réintégrait les tournois mais qu’il en ressortait aussitôt.

    Le buzzer d’or.

    C’est le tenant du titre, Jacques, qui a tenu avec sa classe habituelle à remettre lui-même le trophée à son successeur. Avec seulement 2 petits tournois dans sa besace, sa plus modeste saison depuis qu’il doit faire des tournois, il n’était pas éligible. Comment ne pas le comprendre ? Récolter le Buzzer d’or, c’est un peu tutoyer les étoiles, c’est un peu comme si Nabila arrivait à faire une addition de 3 nombres ou Hollande à inaugurer un monument dans se prendre une averse sur la tronche… Difficile de revenir sur terre après ça…

    Le scrutin s’annonçait très ouvert, aucun joueur ne se détachant vraiment. Donc, au-delà du résultat, c’est surtout l’ampleur du score qui me surprend. J’ai un peu de mal, par exemple, à comprendre l’écart colossal entre les premiers et Frédéric, à palmarès équivalent. M’enfin, il ne s’agit que de récompenses virtuelles et Frédéric se remettra sans problème de cette petite injustice J Mais il faut respecter le vote du public. A titre personnel j’avais voté pour Jérôme qui a obtenu des résultats remarquables en faisant peu de tournois. Et, après Jacques, c’est donc cet autre gentleman du buzzer qui l’emporte, coiffant sur le fil le grenoblois Sébastien dont le car Macron a calé dans la dernière côte.

    La cérémonie s’est achevée par la traditionnelle beuverie où tous les gens si bien élevés oublient toute notion de bienséance pour se ruer vers le buffet et se goinfrer. Un incident est venu ternir cette 2ème édition des Buzzers d’or. Jean-Paul a été oublié et a passé la nuit, assoupi dans son fauteuil. Il a été réveillé en sursaut par la femme de ménage le lendemain matin. « Il est quelle heure ? Parce que je ne voudrais pas être en retard. Ce soir c’est Arlette Accart qui présente les programmes. Je l’aime bien, moi. Elle est jolie ». Puis la femme de ménage moucha la morve qui perlait au nez de Jean-Paul, essuya le filet de bave qui coulait à la commissure de ses lèvres et le raccompagna gentiment jusqu’à l’entrée de la salle où 2 infirmières inquiètes accouraient déjà.

     

    Il ne me reste plus qu’à remercier tous ceux qui ont participé par leurs votes, leurs encouragements, leurs commentaires sur facebook à ce petit délire. Je me suis bien amusé à faire ça. C’est déjà le but principal de ce blog. J’espère que ça va vous a aussi diverti. Et rendez-vous l’année prochaine pour une prochaine édition… si ça m’amuse toujours.


  • Commentaires

    1
    Lundi 9 Janvier 2017 à 19:48

    Bravo Hugues pour cette cérémonie rondement menée avec un palmarès tout à fait logique, preuve que la liste de base était certainement bien pensée.

    Je commence mes travaux : François Fillon est un saint homme aux idées novatrices , François Fillon est un saint homme aux idées novatrices, François Fil...

      • Castellion
        Mardi 10 Janvier 2017 à 09:00

        Ne te rends pas malade non plus !

    2
    Rillettemamie72
    Lundi 9 Janvier 2017 à 19:58

    Merci, Hugues, pour ce merveilleux moment dont le côté "people" ne pouvait que me provoquer un hirsutisme extraordinaire des poils des bras . La décence m'interdit ici de parler du reste. J'ai eu les larmes aux yeux à la lecture de ce somptueux palmarès que certains membres de mon club ont essayé d'infléchir en votant plusieurs fois, si j'en crois leurs aveux arrachés sous la torture.

    Que l'année 2017 te voie encore remporter de nombreux tournois, et que tes commentaires de la "Guerre des Gaules qp1cesque" continuent à nous divertir. Nous t'attendons, le pot de rillettes et la bouteille de Jasnières à la main, et nous préparons la couronne de lauriers qui ceindra peut-être ton front. (Attention, Sébastien de Grenoble a annoncé sa venue!)

      • Lundi 9 Janvier 2017 à 20:26

        Haha... Je te regarderai d'un autre oeil au prochain tournoi du Mans :-)

    3
    Sam.Desmanges
    Lundi 9 Janvier 2017 à 20:09

    Ugh, Hugues ! Et encore merci pour le faste de cette nouvelle édition des Buzzers d'Or 2016 dont j'ai à l'instant pris connaissance du verdict. Jean-Paul, Pascal, Jean-Paul, Sébastien, Jean-Paul, Khorêm, Jean-Paul et les autres, je vous adresse mes plus sincères FILOCHE féloches. Et comme le camarade Moalic, je commence mes travaux : Nicolas Dupont-Aignan sauvera le monde, Nicolas Dupont-Aignan sauvera le monde, Nikola Karabatic sera champion du monde...

    4
    Lundi 9 Janvier 2017 à 20:23

    on s'en fout du monde ou de l'Europe. La France, Alex, la France....

    5
    CyberFred
    Lundi 16 Janvier 2017 à 12:55

    Bravo et merci pour ce compte-rendu très détaillé ! smile
    Une seule question : pourquoi n'avons-nous pas été invités à cette cérémonie ?? Cela nous aurait donné l'occasion de sortir nos plus beaux smokings et robes de soirée, de revoir tous nos amis qpucistes et de s'empiffrer à l'oeil lors du buffet post-cérémonie. happy
    J'espère également que Jean-Paul a pris tout ça avec humour parce que tu n'y es pas allé de main morte avec lui...! tongue

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :